Les 5 quartiers de Bruchsal

Untergrombach
Helmsheim
Obergrombach

Chacun de ces quartiers a sa propre spécificité, son propre centre et sa propre vie culturelle.

Découvrez les centres moyenâgeux des quartiers Heidelsheim et Obergrombach.

Büchenau

De nombreuses maisons à colombages magnifiquement restaurées marquent de leur empreinte la rue du village « Au in den Buchen ». Dans la vieille école de Büchenau se situe la maison du patrimoine Büchenau avec une grande collection privée d’objets artisanaux et locaux. Depuis 1952 l’asperge de Bruchsal prospère sur les sols sablonneux et sains. Là-bas « l’or blanc » est particulièrement tendre, car tous les champs sont situés dans la zone de protection des eaux et reçoivent très peu d’engrais.

La légendaire fête de l’asperge a lieu pendant la saison des asperges. La fontaine de Pâques du parc à oiseaux dans le centre qui chaque année est décorée avec beaucoup de dévouement par les habitants de même que l’église du village construite en 1745 et restaurée en 1945 autrefois surplombée par un clocher en forme de bulbe font entre autres partie des trésors cachés. La chapelle « Maria-Hilf » dans la rue de Neuthard, inaugurée en 1864 dans laquelle la Sainte Vierge, Saint Joseph et Saint Wendelin ainsi que les 14 sauveteurs procurent la paix et le réconfort est un but apprécié des cyclistes et des randonneurs.

www.bruchsal-buechenau.de

Heidelsheim

En 1774 Heidelsheim est « Heidolfesheim, ville impériale ». Jusqu’au 19e siècle Heidelsheim était une ville « fermée » entourée de remparts avec quatre tours fortifiées, uniquement accessible par quatre portes. La porte des chats et la porte des voleurs confèrent encore aujourd’hui à Heidelsheim l’image d’une ancienne ville fortifiée et il est encore possible de reconnaître nettement son plan d’implantation médiéval avec des constructions denses et des ruelles étroites. La vaste place du marché avec son immense fontaine est entourée d’anciennes demeures bourgeoises et d’une allée de châtaigniers à cime large.

Le musée municipal à la porte de la ville est ouvert aux visites de mars à octobre tous les deuxième et quatrième dimanches du mois de 14 h à 17 h et sur rendez-vous.
Chaque année impaire à lieu la « Fête de la ville impériale historique ». Petits et grands se retrouvent l’après-midi du lundi de Pâques sur le traditionnel marché « Higgomarkt » avec le jeu « Eierhiggen » consistant à casser des œufs durs en les frappant les uns contre les autres dans une atmosphère conviviale, une coutume de Pâques très particulière. Celui dont l’œuf reste entier a gagné.

www.heidelsheim.de

Helmsheim

Le nom de lieu Helmsheim a été pour la première fois évoqué dans l’acte de donation du cloître Lorsch en 769. À travers des dons entre les souverains et l’église, l’ancien « Helmolvesheim » a vécu une histoire mouvementée. Des fouilles datant de différentes époques témoignent de l’occupation par des Celtes, des Romains et des Alamans.
 
La première pierre de l’église baroque de Saint Sébastien a été posée en 1753, son architecture intérieure réunit plusieurs époques.

Dans le pressoir construit en 1782 utilisé plus tard en tant que four communautaire a lieu tous les deux ans la « Fête du pressoir » un temps fort dans les activités festives de Helmsheim.
Le vieux four est encore en état de fonctionnement et est allumé pour des occasions particulières.
Celui qui aime le calme et le repos trouvera ce qu’il recherche dans la région typique des collines du Kraichgau, des vignobles et des vergers invitent à faire de longues promenades.

Obergrombach

Dès que l’on franchit le porche à la place de l’hôtel de ville on est plongé dans le passé, dans le centre historique « Städt’l », un des plus importants centres-ville médiévaux du Bade-Wurtemberg. Des habitants et un artiste ont pris l’initiative de concevoir les maisons à colombages avec un remarquable sens artistique.
La Marienburg, érigée vers 1200 trône de manière sublime par-dessus les toits d’Obergrombach. Le cardinal Damian Hugo von Schönborn, prince-évêque de Spire fit construire en 1723 le dénommé « château d’en bas » en tant que résidence d’été. Le château est aujourd’hui une propriété privée et peut être visité les années paires toujours pendant la traditionnelle fête du château. La chapelle du château est une petite merveille de l’histoire de l’art avec ses fresques murales se rapportant à l’histoire du salut, de la passion et des martyrs.

www.obergrombach.de

Untergrombach

Le Michaelsberg qui s’élève à 269 mètres a donné son nom à une culture néolithique, « la culture de Michaelsberg », env. 3500 à 2600 av. J.C. Il s’agit d’une colonie d’altitude fortifiée avec un système de fossé de rempart protégeant des assauts ennemis.  
La chapelle « Michaelskapelle » a été pour la première fois évoquée dans les écrits en 1346. Elle a été consacrée à l’Archange Michel. Elle a été érigée dans sa configuration actuelle en 1742-44 par le cardinal Damian Hugo von Schönborn prince-évêque de spire.
Le « Michaelsberg » est aussi un paradis naturel avec des animaux et des plantes rares. De nombreux circuits signalisés (645 KB) partent de la chapelle conduisant vers des endroits magnifiques : Des terrasses et des murs de pierres sèches, des chemins creux, des systèmes de talus menant à des vergers et des prairies.
Plus bas, dans la « vallée » on découvre la maison à colombages dénommée « Firstsäulenständerhaus » datant de 1428, la plus ancienne du Kraichgau. Ici, chaque pièce du musée du patrimoine transporte à une autre époque, raconte une autre histoire comme celle du parcours du chef paysan Joß Fritz.
Le chef paysan né à « Grumbach » en 1470 a combattu pour défendre les droits et la dignité des paysans, il s’est opposé aux seigneurs féodaux et organisa au début du 16e siècle des soulèvements entre autres dans la région de l’évêché de Spire, à Fribourg et en Alsace. Il a été le symbole du soulèvement du « Bundschuh ».

Tous les deux ans, le premier week-end du mois de juillet (les années impaires) est célébrée la « fête de Joß-Fritz ».  

www.untergrombach.com

Heidelsheim
Büchenau